Redoublement, réorientation. Que faire face à un échec (scolaire) ?

Sachez que mon expérience et mes observations sont les conseillers de cet article. Je ne suis pas une spécialiste du domaine aborder dans celui-ci.

 

Bien qu’elles soient rarement ce qu’on arrive le plus facilement à retenir, les causes d’un redoublement sont portant là où l’on doit jeter un coup d’œil afin de savoir quelles erreurs seront à éviter à l’avenir. Ces raisons ou ces tords qui t’on poussé là où tu te trouves actuellement sont des facettes de ta vie que tu dois remettre en question ou suspendre le temps d’atteindre ton objectif (qui est de) : passé en la classe supérieur, passé à l’étape suivante de ton plan etc). Même si les causes peuvent vite avoir des allures de questionnaire à choix multiples (ex: manque d’investissement, phobie scolaire, manque de compréhension…) et même s’il existe autant de façons de gérer un redoublement que de redoublants, cet événement fait un focus sur le plan scolaire/professionnel pour montrer que tu te trouves dans une période bancale et incertaine ou que tu t’y diriges. Que tes motifs soient louables (s’occuper d’un proche souffrant…) ou discutables (école buissonnière…), il est impératif que tu les devines afin de les tourner en ta faveur, car l’école ne prend pas si souvent que ça en compte la situation familiale ou les problèmes externes que le redoublant peut potentiellement rencontrer en dehors de l’école pour agir en conséquence. Redoubler représente pour certains un complexe, une honte, une gène. Peut-on éviter ces ressentiments ? Peut-on ne plus se définir, se rétrécir à son ou ses redoublements ? Comment réagir quand on hésite entre recommencer (à nouveau) et changer de voie ?


LE REDOUBLEMENT


Si tu te trouves face à un échec scolaire actuellement ou que tu as du mal à digérer celui d’il y à deux ans, prend une feuille et un stylo et notes-y les impressions que ça te donne.

ex :  Ça bouscule tous mes plans / Je n’atteindrais pas l’objectif que je veux atteindre. / Ça me prendra plus de temps d’arriver là ou je veux aller. / Je n’ai pas choisi la bonne orientation (?) / Je savais que j’aurai dû choisir ci ou ça… etc

Après les avoir inscrites, fais un pont entre ton but et cet obstacle et demande toi s’il n’existe absolument aucune alternative à ta réussite, autre que ton passage en classe supérieure ? Car une fois mit en route le tourbillon des auto-flagellations, peurs et remises en question, il est difficile de se rappeler du véritable  » problème  » que cause un redoublement (dans la forme en tout cas). Officiellement ça repousse ton acquisition d’un diplôme, officieusement ça te propose de mieux faire. Le redoublement est donc un « plus tard » et non un « jamais », du moins tout dépendra de tes choix par la suite.

  • Et dans le but de t’aider à te faire une idée claire sur la chose, demande toi s’il est préférable de modifier l’horaire de départ d’un vol parce que l’avion à des défauts technique ou bien, qu’il soit défectueux ou pas, on décolle et on avisera des problèmes en cours de route ?

Même si ton ego te dis que tu seras capable de gérer tout les problèmes qui se trouveront sur ta route, la raison après coup te ferra choisir la première option. Surtout que dans le cas d’une licence, d’un master, d’un doctorat, d’un CAP… Il faut coût que coût acquérir un certain nombre de connaissances, connaître des formules ou des dates importantes, des choses parfois même inconnues du grand public. Tu n’as donc pas d’autres choix pour pouvoir effectuer ce boulot qui te plaît tant, que d’apprendre. Et une fois ces choses acquises, tu valideras ton année. 

AI-JE CHOISIS D’ÊTRE LA JE SUIS ?

Cette question peut paraître bizarre, stupide ou inappropriée, mais dans ce cas là, il est nécessaire de connaître la réponse. Ce signifie : As-tu choisi d’être dans cet « échec«  (et) sur cette route ? As-tu délibérément avec toute ta conscience, fais tes propres choix, ceux qui t’ont conduit là où tu es actuellement ?

  • Si non, alors réorganise ta façon d’agir et de réagir. Regarde si tu es influençable, si tu ressens une pression quelconque et de qui/quoi… As tu envie que cela dure, que peux tu faire pour que ça change, as tu envies que cela change ?

Si tu ne changes pas ta façon d’agir, ta vie ne changera pas non plus.

  • Si oui, si tu connais tes fautes et que tu sais exactement là ou ça coince, c’est déjà un plus. Regarde donc ce que tu peux faire pour que justement ça ne se reproduise pas. 

Les échecs dont on ne se sens pas être le géniteur, sont souvent ceux que l’on arrive le moins à digérer. Si tu n’as pas choisi ta filière et qu’en plus de ça, tu redoubles, ta déception sera triple. Premièrement, tu t’en veux à toi-même de ne pas avoir choisis le domaine qui te plaît sincèrement. Deuzio, tu tiendras pour responsable la personne ou la chose qui t’as poussé à choisir malgré toi et troisièmement tu devras recommencer quelque chose que tu n’aimes pas… ou pas ?

Quand tu ne te sens pas investis dans ton avenir, dans tes choix de vie… si tu as l’impression de vivre la vie d’un(e) autre, alors tu ne ferras pas d’efforts significatifs. 

C’est vrai pourquoi se mouiller quand il ne s’agit pas de notre vie ? Réapproprie-toi ta vie. Pour réussir à ne plus te contempler comme un loser, saches en quoi tu es fort. On a toujours l’air plus crédible, intelligent, professionnel quand on évolue dans un domaine que l’on affectionne et maîtrise. Et si tu ne maîtrises pas le domaine dans lequel tu aimerais bien t’émanciper, ta hargne et ton désir de réussite dans cette voie seront tes principaux carburants. Car tu peux être bon dans un domaine, mais avoir une mauvaise volonté et/ou discipline, hors sans ces deux choses-là, il sera très compliqué de ne pas vite être tenté d’abandonner. Ne te fis donc pas uniquement à ce que tu fais, mais aussi à ce que tu voudrais changer chez toi et vas-y un pas après l’autre. Il te faudra de toute évidence sortir de ta zone de confort. Pleins de facteurs extérieurs sont susceptibles d’insidieusement changer ton comportement face à tes objectifs. Tu peux peut-être faire face à des choses difficiles dans ta vie personnelle qui malheureusement éclaboussent ou ralentissent tes ambitions professionnelles. Ouvre tes yeux et sois attentif à ton humeur, à ta façon de penser, de réagir face aux choses qui te dérangent.

Si tu penses à une réorientation, accepte de laisser tomber quelque chose qui ne te convient pas pour te diriger vers ce qui te ressemble le plus. Énumère-toi sans pour autant porter de jugement dégradant sur ta personne, les raisons de ton abandon ou ce qui a fait que tu as été démoralisé durant l’année. Est-ce que ces choses valent la peine que tu laisses tomber ou aurai-tu eu la même envie d’abandonner même sans l’intervention de ce redoublement ou d’autres événements ? Ces réponses révéleront des indices non-négligeables sur ta personne et ton schéma de penser. Cela te permettra de travailler sur une nouvelle approche afin de pouvoir partir sur de bonnes bases, mais également faire face aux événements similaires que tu rencontreras par la suite.

Établis un plan d’action pour la nouvelle année et apprend des erreurs de l’année précédente.

Il n’y a rien de plus flippant que d’avoir l’impression de tirer son avenir à la courte paille. La boule au ventre, tu sélectionnes les universités que tu souhaites intégrer après ton BAC sans savoir comment cela va se passer. Premièrement saches que l’école te donne un certain nombre d’informations, c’est à toi de faire le reste. Si tu ne regardes uniquement que dans les directions que l’école t’indique alors tu raccourcis ton champ des possibles. Vois large, vois à ta façon. Redoubler, c’est déstabilisant, mais ce n’est pas dégradant, c’est même parfois nécessaire. Revenir sur des choses que l’on à pas bien compris dans le but de mieux les assimiler, vraiment il n’y pas de quoi rougir. Ta seconde année peut possiblement, mieux se dérouler que la première (nouveaux enseignants plus explicatifs et soucieux de leurs élèves, meilleure compréhension des leçons, camarades qui voudront bien t’aider…).

Si tu es très jeune et que l’école t’emmerde, je suis désolé de te dire qu’on est presque tous passé par là et que ça se terminera bien plus vite que tu le crois, alors prends ton mal en patience et sois le plus réactif possible à tes émotions, sensations et intérêts, ce sera un plus pour plus tard. Ne travaille pas de manière désinvolte, même si tu as la conviction que c’est une perte de temps ce n’en ai pas une. Donne tout ce que tu as, car être travailleur dès le plus jeune âge, et ce, quel que soit le milieu (sportif, artistique, sciences…), muscle la discipline et la volonté et elles jouent pour la moitié voir plus dans le résultat du travail.

NE PAS S’ÉPARPILLER !

Comme tout ce qui brille, n’est pas or, tout ce pourquoi ton intérêt chavire n’est pas sirène. Dans le but de savoir les métiers qui pourraient te convenir rien de mieux qu’une immersion professionnel. Si ce n’est pas possible, poses toi les questions dont tu juges décisif de connaître les réponses afin de pouvoir éclairer tes lanternes en ce qui concerne la sélection de ton futur emploi.

  • Passion(s) ?
  • Atout(s) ?
  • Crainte(s) ?
  • Espérance(s) ?
  • Aptitude(s) / Facilité(s) ?
  • Choses rédhibitoire(s) ?
  • Mon style de vie actuel / Celle que je voudrais ?
  • Ma personnalité/ Mon caractère ?
  • Mes défauts ?
  • Le(s) point(s) négatif(s) du job en question ?
  • Concession(s) prêt(e) à effectuer ou jamais ?
  • … etc

Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il te sera utile. N’hésite pas à partager tes avis dans la section commentaire.

⚠️ Il est interdit de prendre mes écrits/articles et de les faire passer pour vôtre. Si jamais pour une quelconque raison vous souhaitez partager un bout de mes récits/articles, je vous demande, s’il vous plait de me créditer (instagram : @maiyghan & mon blog Bakirah.blog). Tout plagiat est susceptible de vous mener face à la justice. Merci, bien.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s