Ô Solitude…

Introduction à la solitude

LONELINESS
24/7 H BORED

Parmi les définitions que donne le site Internet larousse.fr à la solitude, nous avons celles-ci : – « État de quelqu’un qui est seul momentanément ou habituellement » & « État de quelqu’un qui est psychologiquement seul ». Les deux sont bien évidemment correctes, mais j’ai tout de même eu envie de rajouter mon petit grain de sel. Et selon ma définition bien à moi, je dirais aussi : « État voulu ou subi de quelqu’un pouvant engendrer : éveil personnel, léthargie sociale ou une agueusie de l’enthousiasme ». Je ne sais pas si ma réflexion est juste, mais selon moi être solitaire et la solitude sont deux choses qui diffèrent. Pas totalement, mais ça reste tout de même des adjectifs que mon interprétation ne mettra pas en corrélation.


La solitude amène à être solitaire (dans les cas négatifs), mais être solitaire ne signifie pas forcément que l’on vit une certaine solitude. Peut-être que pour vous, c’est l’inverse. Le plus important reste que mon message passe bien et soit bien compris. Car pour moi, un solitaire ne ressentira pas (forcément) de façon négative le fait d’être souvent seul. Tandis que quelqu’un en pleine solitude, qu’il soit entouré ou non, aura presque toujours le sentiment d’un vide.

SYMPTÔMES DE LA SOLITUDE :

– Souvent seul(e)
– Se sent incompris
– Se sent (très) différent des autres

– Réfléchis/ Pense beaucoup
– Angoisse
– Perte de confiance en l’autre

Maiyghan
Admin du club de la solitude

Coucou toi ! Bien que j’espère que cet article t’aidera, sache que je ne suis pas une professionnelle de santé. Si ta solitude te semble trop lourde à porter et que tu vis un moment difficile, je veux bien échanger avec toi du mieux que je peux, mais tout particulièrement je t’invite à te diriger vers un professionnel de santé ou une tout autre personne plus apte à te donner des conseils avisés et précis.







– Instabilité émotionnelle
– Peu d’esthime pour soi
– Désintérêt

« LA SOLITUDE EST UN MIROIR NE REFLÉTANT AUCUNE IMAGE »

Vous savez, ce qu’il y a de cool avec les citations ? C’est qu’elles peuvent parfois ne rien vouloir dire, mais du moment qu’elles sont belles à entendre ça fonctionne. C’est un peu comme de la magie. N’empêche, celle inscrite ci-dessus et qui est la mienne, veut dire quelque chose (en tout cas à mes yeux). Elle m’est venu en cherchant des citations concernant la solitude à mettre dans cet article. Et quand je suis tombée sur celle-ci : « Pour certains, la solitude est insupportable, car ils doivent faire face à leur propre compagnie. » de Gilberto Araújo, je me suis dit que je ne la trouvais pas tout à fait correct.

Car, la solitude la vraie, n’existe pas. Mais attendez avant de crier à l’imposture s’il vous plaît. Car, il n’y a pas qu’une seule vraie solitude, il y en a plusieurs. Il y a ceux qui s’isolent (physiquement) de manière totalement voulu du reste du monde durant des années. Il y a ceux qui s’isolent (ou se sentent isolés) et qui du coup se recroquevillent sur eux-mêmes et qui décident de ne plus trop, voire plus du tout interagir avec les autres. Il y a aussi, ceux qui sont très entourés et qui partagent beaucoup d’instant de vie avec les autres, mais qui pourtant ressentent tout de même une certaine solitude au fond d’eux.

La solitude est vraiment un sentiment unique et propre à chacun. On ne la ressent pas tous aux mêmes moments que tout le monde et encore moins pour les mêmes raisons. Les événements qui la provoquent sont tous différents pour chacun. Mais, le fait est que l’on est tous d’accord pour mettre le même mot sur cette chose, qui nous fait crée comme une sensation de vide. Certains localiseraient la solitude dans la tête et d’autres dans le cœur. Me concernant, la solitude que je ressens dans ma poitrine est souvent plus vive que celle dans ma tête. Celle en haut, bizarrement, m’aide à prendre du recul sur pas mal de choses et est moins fataliste que l’autre.

Ce que je veux dire par : « La solitude est un miroir ne reflétant aucune image. », c’est qu’on a souvent le nez dans le guidon quand on est en pleine crise de solitude. On est tellement près qu’on n’a pas une vision d’ensemble du tableau. Mais surtout que, je ne pense pas qu’on soit si souvent que ça en présence de sa propre compagnie dans ces moments-là. Je m’explique. La solitude, c’est comme essayer de remplir une page blanche. S’il faut absolument la remplir de quelque manière que ce soit, ça ressemblera à un exercice d’écriture à main lever. Et il y a de fortes chances que l’on interprète ce que l’on va gribouiller ou écrire, comme étant une représentation fidèle de notre être le plus enfoui, celui que l’on repousse. Alors que le doute est permis à ce niveau. Car si l’exercice est de combler le vide, croire tout ce que l’on va noter sur une page que l’on cherche désespérément à remplir, ne sera pas forcément représentatif de nous-même. En tout cas, de la version de nous la plus sereine.

J’espère que je me fais bien comprendre et que je suis assez clair.

Tout ça pour dire que, je suis persuadé que quand on est le plus vrai envers soi-même, on ne ressent pas (ou très très rarement) la solitude. Car être en sa propre compagnie, faire ce qu’on a envie de faire, comme on a envie de le faire, c’est comme être seul(e) à la maison quand on a 14 ans, et que les parents sont de sortis. En général (sauf exception), dans ces moments-là, on aime se retrouver seul(e), n’est-ce pas ?

La solitude s’installe quand justement, on ne vibre plus sur la même fréquence que notre petite voix intérieure. Quand tout devient flou ou quand tout devient subitement trop clair et qu’on a pas eu le temps d’habituer sa rétine. Vous comprenez où je veux en venir ?

Je ne cherche pas à dire que la citation de Gilberto est 100 % fausse. Je choisi juste de l’interpréter de cette façon-là.






© photo : Canva

Que faire face à sa solitude ?


Premièrement, se poser quelques questions. Parce que parfois, on a tendance à croire qu’une chose est négative alors que non. Il suffit que notre oncle Bertrand, nous fasse la remarque à un dîner de famille que l’on est un peu à l’écart, qu’on a l’air pensif.ve ou que sais-je, pour que l’on se mette à se demander s’il a oui non quelque chose. Sinon des fois, ce sont nos propres préjugés négatifs concernant la solitude qui font qu’on a du mal à la vivre. C’est comme, nos soi-disant « défauts » qui n’en sont pas tant que ça à bien regarder (je ferais un article dessus).

Donc, ma première question est : est-ce que vous subissez votre solitude ? Et en êtes-vous vraiment sûr ? Est-ce que vous passez plus de temps à vous auto-flageller en vous répétant sans cesse « Ce n’est pas bien, je devrais + m’ouvrir aux autres. Ils vont penser que je ne les aime pas. Qu’est-ce qu’ils vont penser de moi ? J’ai l’air ridicule à tout le temps être tout(e) seul(e)… » Ou bien est-ce que vraiment vous ne la supporter plus et vous ressentez réellement le besoin de casser la chaîne ? Parce que si elle revient au galop à chaque fois que vous tentez de la faire partir, il y a de fortes chances que cela fasse partie de votre identité. Et ce n’est ni bien, ni mal. C’est vous seul qui savez ce qui est bon ou pas pour vous de faire. Et dans ce cas vous pouvez décider de radicalement changer ce trait de caractère en établissant certaines nouvelles habitudes qui vous feront vous sentir moins seul(e) à la fois avec vous-même, mais aussi en présence des autres. Ou sinon vous restez tel quel et tant pis pour les autres.

Apprendre à ne plus se focaliser sur ce que l’on à pas et vivre dans le moment présent ça aide à faire avancer. Attention, je ne dis pas que le mal-être s’évapore du jour au lendemain. Mais quand on est occupé à justement essayer de fuir ce quotidien insoutenable, c’est dans des moments comme ceux-ci que l’on devient le plus créatif, croyez moi. Il faut faire comme on peut et avec les moyens qui s’offrent à nous tout en ne perdant pas de vu son d’objectif. L’occupation tue, ou en tout cas anesthésie la réflexion.

Demandez-vous de manière objective et sans jugement, juste en analysant le pour et le contre : « Pourquoi je ressens cette solitude ?« . « Est-ce parce que je ne côtoie pas assez de monde ? Mes amis ne me ressemblent plus ? Je n’aime plus les activités que je pratique ? J’ai vécu un événement plus ou moins traumatisant qui fait que je remets pas mal de choses en question ? On m’a reproché le fait d’être trop solitaire et du coup, je me sens coupable ? », et cætera, et cætera. Vraiment, il y a mille et une raison susceptibles de nous faire ressentir cette solitude. Et seul vous en connaissez la ou les causes. Mais si toutefois, vous n’arrivez pas à mettre le doigt dessus, ce n’est pas bien grave dans l’immédiat. Néanmoins, l’objectif est que vous ne ressentiez plus jamais cette solitude qui vous ronge.

Parce que, bien que la solitude qui est subie soit très difficile à combattre, il y a tout de même du bon à de temps en temps faire face à des moments de solitude. Car le fait de la vivre fait partie d’un des innombrables passages presque qu’obligatoire de la vie. On grandit, on prend de l’âge, nos vies changent, notre entourage est propice au changement, nos souhaits évoluent, on réalise de nouvelles choses, on prend conscience de beaucoup de choses, de ce fait, il est plus que normal que la solitude vienne frapper une trois ou à notre porte. Mais quand on l’a invité une fois à rentrer puis à repartir, on la faire rentrer des autres fois et la refaire sortir. Après, tout dépend de ce qui a provoqué cette solitude. Parfois, son origine est due à quelque chose de beaucoup plus profond et dans ce cas, lire un simple article sur Internet ne sera pas suffisant. Dans tous les cas, il est important de garder l’objectif le plus important en mémoire : Prendre soin de soi !

COMMENT S’OCCUPER ?

Bien sûr, vous connaissez déjà les occupations automatiquement citées lorsqu’il s’agit de donner des conseils sur « comment passer le temps ?« . Donc je vais essayer de vous en proposer d’autres. First thing first vous pouvez créer un blog. Un blog, c’est cool car c’est personnel. Non seulement, vous pouvez vous en créer un sans dépenser un centime, mais surtout, c’est une très bonne façon de travailler et pousser son imagination dans ses retranchements. Vous pouvez aussi peaufiner votre créativité et vous lancer dans des sujets que vous n’auriez pas cru de grands intérêts et qui au final vont s’avérer l’être. Ça vous aidera aussi à travailler votre rédaction, votre façon de formuler des phrases, etc.

Apprendre la langue des signes, apprendre à jouer à un sport. Bien qu’on soit toujours en pleine pandémie, rien ne vous empêche d’acheter un ballon de volley-ball, de foot, une raquette de tennis ou le matériel nécessaire pour un sport cérébral, tel que les échecs et de vous mettre à apprendre à jouer. Pendant quelques minutes par jour, si vous avez la chance d’avoir un stade, un parc ou une aire de jeu près de chez vous, ou dans votre jardin, vous y allez et vous vous entraînez tout(e) seul(e) ou un membre de votre famille qui veut bien jouer le jeu.

Vous pouvez également : Vous perfectionner dans un domaine précis, apprendre à jouer d’un instrument, peindre, apprendre à jouer la comédie en imitant des scènes de film (je fais ça parfois), écrire un livre de recettes, apprendre à coudre, tourner un film amateur à la maison, apprendre à chanter, faire une liste des choses que vous allez faire une fois cette pandémie finie, apprendre à (vous) coiffer, apprendre à vous maquiller, débuter une formation diplômante, donner des cours de (insérer ce en quoi vous êtes doué) à distance…

Inventer un jeu (de société). L’un de mes kiff personnel serait de créer de toutes pièces un jeu. Je ne me suis pas encore penché sérieusement là-dessus, mais c’est quelque chose que je trouverai cool d’accomplir.

Parler avec un correspondant (étranger). Avec Internet, il est hyper facile de se mettre à discuter avec du monde venant des quatre coins du globe. Et bien qu’il faille toujours rester vigilant, il est tout à fait possible de rencontrer du beau monde sur Internet. À vrai dire me concernant, la plus part de mes proches amis sont des personnes rencontrées sur internet (skyblog notamment). Je les ai déjà presque tous rencontrés en chair et en os, et c’est super de pouvoir rencontrer ses amis du web qui au final deviennent des amis de la vie de tous les jours. Donc allez-y ! Bien entendu avec un certain recul et une certaine méfiance, mais discuter avec des gens nouveaux. Et pourquoi pas créer un forum de discussion, pour parler d’une passion commune, d’un film, d’un livre, de nourriture ou que sais-je d’autres ?

Regarder les films et séries que tu as envie de voir depuis très longtemps. Si tu as également la chance d’avoir Amazon Prime Video, Netflix, Canal +, Hu lu, OCS, ADN, Wakanim, Disney +, HBO, Apple TV et j’en passe, tu auras de quoi t’occuper durant un long moment.

Il y a vraiment plusieurs façons de s’occuper l’esprit et de tromper la solitude. Adapte-toi selon ton environnement et les moyens à ta disposition. Cependant, écrire reste tout de même une bonne façon d’extérioriser ce qu’on a dans la tête et sur le cœur. Pas besoin d’écrire un roman. Tu peux juste écrire comme tu le sens et comme ça te convient.

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s