L’ATELIER CEKKA – KARINE : CRÉATRICE DE ROBES DE MARIÉE SUR MESURE

Aujourd’hui,

J’ai rendez-vous avec Karine, créatrice de robes de mariée sur-mesure. Fraîchement débarquée en Martinique, Karine nous vient tout droit de Bordeaux où elle a passé de nombreuses années à peaufiner son coup d’aiguille au sein de diverses entreprises et de communautés ethniques riches et variés.

J’arrive sur les lieux de l’interview, plus précisément à son atelier et c’est une femme énergique et souriante qui m’accueille. Mon petit doigt me dit que cet entretien sera intéressant. Il fait chaud, il commence doucement à pleuvoir, mais cela ne suffit pas à nous distraire. Elle m’installe sur une chaise, [elle] s’assoit sur une [chaise] à gauche de la mienne et ça y est, l’interview peut commencer.

« Bonjour, présente toi ! », lui demandé-je.

KARINE de l’Atelier CEKKA

Diplômé d’un Certificat d’Aptitude Professionnel Couture Flou, d’un Brevet d’Etudes Professionnelles vêtements sur mesure et accessoires, ainsi que d’un Baccalauréat Artisanat et Métiers d’Art avec une option Mode, on peut dire que Karine n’y est pas allée de main morte en ce qui concerne l’acquisition des qualifications destinées à son chemin professionnel. Passionnée depuis petite par la couture et le dessin, c’est dès l’âge de 5ans, initié par sa tante, qu’elle commence à pratiquer. A 6ans elle dessinait déjà ses models ; Du collège au lycée, elle créait elle-même toutes ses tenues pour se rendre à l’école et c’est à l’âge de 15ans que Karine confectionne de A à Z sa toute première robe.


Ce qui est déstabilisant (dans le bon sens du terme), fascinant et impressionnant chez Karine, c’est de la regarder et de l’écouter parler de sa passion. On pu littéralement dire que la couture coule dans ses veines. Elle vit son art et son art l’a fait vivre. Lorsqu’elle me raconta son parcours, je ne pu contenir un sourire à l’écoute de la phrase suivante « J’ai fait une coupure de deux ans, de mes six ans à mes huit ans, pour des raisons familiales. » Une vraie petite professionnelle, dont le besoin prépondérant de manier le tissu, se faisait déjà sentir à ce jeune âge.

Oui ! Karine est souriante et sympathique, mais elle est également une femme qui impose le respect. Elle sait ce qu’elle veut et elle fera tout pour que sa cliente obtienne également ce pour quoi elle est venue la trouver, quitte à ne pas dormir. Car être un.e styliste modéliste n’est pas un métier de tout repos. Cela dit, Karine connaît bien ses limites et évite de se mettre dans des situations qui pourraient altérer négativement le résultat de ses créations.


Pour toi, ça a toujours été la couture et rien d’autre ?

J’ai voulu être architecte ou expert géomètre ! J’étais très douée en mathématiques et le dessin étant ma première vraie passion, travailler dans l’architecture a longtemps été un fort désir. Malheureusement, j’ai été mal conseillé et aussi, pas mal dissuader à suivre cette voie-là. De ce fait, j’ai continué à me perfectionner dans la couture, sans regret.

Quelles sont tes expériences professionnelles ?

J’ai travaillé trois ans avec les Gitans ! C’était vraiment une expérience hors du commun. Avec eux, j’ai confectionné une robe avec un jupon de plus de 9m de diamètre et des robes de mariée avec plus de 25m de tissus. Elles ont été très tristes que je parte, car j’étais la seule à correctement reproduire les robes qu’elles avaient en tête. Tu imagines ? Parfois, elles m’aidaient à terminer leurs robes et nous nous retrouvions parfois à devoir mettre plus de cinq mille strass sur une seule robe de mariée gitane.

J’ai également travaillé chez Cymbeline, créateurs de robes de mariée durant deux ans et demi. C’est d’ailleurs cette expérience professionnelle qui m’a donné envie de créer mon atelier à moi. Pouvoir aider chaque femme à trouver la robe de mariée qu’il lui faut, c’est vraiment un moment magique ! J’ai aussi travaillé dans les boutiques Pronuptia et Mademoiselle M… Mariage. De plus, il m’est arrivé de confectionner des robes pour des mariages marocains.

Tu ne crées que des robes de mariée ?

Oui, car je n’aime pas me disperser. Ça me plaît d’uniquement me focaliser sur la robe de mariée, même si je sais faire autre chose et que je peux parfois accepter de faire d’autres habits et accessoires, si la mariée me le demande.

Tu habilles toutes les morphologies ?

J’aime beaucoup habiller les femmes rondes ! J’ai eu l’opportunité de faire des tenues pour le concours de Miss Ronde Aquitaine. Et j’ai insisté pour habiller les tailles 52 et 48 de cet événement. Souvent, les femmes rondes sont mal conseillées dans les magasins et je trouve ça dommage. Bien sûr, la création d’une tenue ou d’une robe de mariée n’est pas la même pour un 36 ou un 56 mais dans les deux cas, elles peuvent être chics et belles sans problème.

Que penses-tu de l’influence des magazines ?

Lorsque l’on vit, une robe ne peut pas rendre comme on le voit dans les magazines ou lors des défilés. Il suffit de savoir bien poser pour avoir de jolies photos sur lesquelles on est en valeur. Une robe de mariée sans plis et confortable, ça n’existe pas. Et il faut que la robe soit confortable lors de la cérémonie. Il faut que la mariée puisse se mouvoir correctement et sans qu’une catastrophe ne se produise.

De là, elle m’explique toutes les étapes de la création d’une robe de mariée. Et sachez qu’une styliste-modéliste n’est pas que ça, surtout dans le cadre du mariage. Le mariage est une étape importante dans la vie d’un couple et la robe de mariée est un symbole impérissable et puissant. Presque toutes les femmes de ce monde rêvent de se marier avec l’amour de leur vie. Et choisir l’habit dans lequel on va dire « Oui », n’est pas une mission de tout repos. Chaque cliente est spéciale et ça, Karine l’a très bien compris. Elle m’est un point d’honneur à traiter et accueillir chaque cliente avec bienveillance et sérieux. Elle prendra le temps de discuter avec la mariée de sa requête et fera de son mieux pour trouver un terrain d’entente si l’idée de robe de celle-ci ne semble pas être ce qu’il y a de mieux pour la cliente.

Exemples : Choix des couleurs, de la coupe de la robe, des matières, etc…

Ce que j’ai beaucoup apprécié lors de mon entretien avec Karine, c’est de voir à quel point elle est motivée et de l’entendre parler de la jeunesse Martiniquaise. J’ai senti qu’elle était fière de son parcours et qu’elle voudrait que tous ceux qui ont un rêve et notamment les jeunes, qu’ils n’hésitent pas à le poursuivre. « Ne vous contentez pas de ce que vous avez si vous voulez plus !« , dit-elle.

Et elle sait de quoi elle parle ! Karine m’a raconté une petite anecdote que je me sens obligé de partager avec vous. Figurez-vous que pour une épreuve d’examen, ils devaient, elle et sa classe, créer des tenues pour un défilé de mode. Eh bien, la talentueuse Antillaise a été en quelque sorte dispensé de ce devoir, car elle avait elle-même créé la robe que la journaliste portait pour présenter le défilé, ce jour-là. Ce n’est pas dingue ?


Cet article touche à sa fin. Merci de m’avoir lu jusqu’au bout ! Vous pouvez télécharger ci-dessous un fichier avec les coordonnés de Karine si son travail vous intéresse.


Contact

SUR RENDEZ-VOUS

97200 Fort-de-France
+33 7 78 88 38 57

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s