MENTALITÉ DE FOOTBALLEUR : ÊTRE LE MEILLEUR N’EST PAS UNE OPTION !

Au moment où j’écris cet article, nous sommes le 18 décembre 2022. L’Argentine vient de remporter sa troisième étoile de coupe du monde, face à la France qui a fait un parcours exceptionnel. Ce sujet cela fait plusieurs mois qui j’y pense. Son contenu ne sera pas novateur, car je ne m’y connais pas grand-chose au football. Cela dit, sur la façon dont une société traite ses idoles, j’aime penser que je m’y connais un peu plus. Bien que je ne sois ni sociologue, ni mentaliste, j’apprécie aller à la source des choses et pointer du doigt les sujets et comportements que je trouve intéressants.

Rentrons dans le vif du sujet…

Il existe à peu près une centaine de sports sur terre. Pas tous sont à la fois hautement appréciés, suivis par un très grand nombre et réussissent à fédérer des millions de supporteurs à chaque match et/ou compétition. Parmi ces sports, se place très certainement en haut du panier : Le Football. Rassurez-vous, je ne vais pas vous parler du football à proprement parler, mais plutôt du mental nécessaire pour espérer se hisser au rang de légende et faire partie des meilleurs joueurs au monde.

Cela va de soi, tous les sports de hauts niveaux quels qu’ils soient nécessitent que les athlètes soient physiquement et mentalement supérieur à la moyenne. Cependant, j’ai décidé ici de parler des joueurs de football professionnels, car c’est plus évident (je trouve) de constater à quel point ils reçoivent un traitement différent à un joueur de volley-ball par exemple, de la part des supporters, mais également de la part des médias et des politiques. Cela n’a pas toujours été ainsi, mais depuis une petite quinzaine d’années environ, les qualités requises pour devenir un joueur de football professionnel plébiscité, ne se limite plus entre autres à : avoir de l’endurance, savoir faire des passes décisives et pouvoir anticiper les actions de ses adversaires. Désormais, il faut savoir maîtriser la relation aux médias.

POPULARITE ET IMAGERIE

S’il y a bien des individus qui sont traités comme des rockstars sans jamais avoir sorti d’album, ce sont bien les joueurs de football. Dans le top dix des personnalités les plus suivies d’Instagram, se trouvent deux des meilleurs joueurs : Leo Messi et Cristiano Ronaldo. Mais leur nombre d’abonnés virtuels, ne signifie presque rien à côté de l’influence qu’ils ont dans la vraie vie. La plupart des joueurs de football professionnels ne sont pas seulement des athlètes. Leur popularité, due à leurs prouesses sportives donne souvent lieu à des signatures de contrats publicitaires aux tarifs plus que juteux. Être un footballeur connu et reconnu, cela revient donc à devoir gérer : la pression des matchs, la régularité des entraînements, une vie de famille, une hygiène de vie quasi-irréprochable, l’exigence des fans et d’un club sportif auquel on appartient et surtout l’ascension d’une carrière. Ça fait beaucoup, n’est-ce pas ? Et pourtant, le nombre de jeunes désirant faire carrière dans le monde du football ne diminue pas. Le ballon rond continue de faire tourner la tête des petits et des grands. Mais décider de mettre les deux pieds dans cet univers, c’est délibérément choisir la voie la moins facile, du moins, si ce que l’on vise, c’est l’excellence. Car du jour au lendemain, une carrière peut voler en éclats, en plus d’être mise à l’épreuve perpétuellement. Et à cela, une kyrielle de raisons peuvent en être les causes : La jalousie provenant de proches, des révélations sur l’attitude inquiétante de certains joueurs en privé, la véritable orientation sexuelle de quelques membres de l’équipe, etc…

SURMENAGE ET EXCELLENCE

Des joueurs exceptionnels, il y en a eu et il y en aura toujours. Et être recruté par un grand club de football, c’est être un élu parmi les élus. C’est se rapprocher un peu plus de la cour des grands et de ses idoles, tout en espérant un jour pouvoir leur arriver à la cheville, puis les dépasser. C’est obtenir la confirmation que son talent est bien réel et monnayable. C’est commencer à pouvoir écrire son propre mythe. Être joueur de football professionnel, c’est tout ça… Mais pas que. C’est aussi douter, avoir peur, jouer pour sa vie et celle de sa famille. Mettre sa carrière et sa popularité en jeu à chaque match, cela fait partie intégrante de leur quotidien. La dépression peut également parfois s’immiscer dans la tête des plus forts, comme des plus faibles et il est très difficile pour eux d’en parler ouvertement avec leurs camarades ou à leur entraîneur. Souvent, des joueurs attendent la retraite pour enfin libérer leur parole. Après tout, ils gagnent des millions tous les ans non ? Donc pourquoi seraient-ils pris au sérieux dans ces cas de figure-ci ? Il ne faut pas oublier que malgré les paillettes et la vie de roi que confère le foot à l’élite, c’est avant tout un sport. Et comme tout sport, cela demande beaucoup de sacrifices et de détermination. C’est un prix à payer qui n’est pas toujours évident à constater et qui au quotidien n’est pas évident à vivre. Objectivement parlant, intégrer ce monde, c’est comprendre qu’être le meilleur ce n’est pas du tout une option, c’est une obligation, un devoir, un dû envers soi-même, envers sa famille, envers son club et envers ses supporteurs.

UNE CARRIERE A DENTS DE SCIE POUR UN MENTAL D’ACIER

Parfois, certains clubs n’ont pas les ressources financières nécessaires pour pouvoir accueillir et retenir les bons joueurs chez eux. D’autres fois, ce sont les joueurs qui ne sont plus assez bons et qui se font éjecter par leur club. Dans tous les cas, la rupture avec le football est très souvent violente et abrupte. Dédier sa vie à une passion et un métier aussi incertain, évolutif et euphorisant, ça laisse forcément des marques à vie. Pour ma part, je pense qu’être joueur de foot, ça commence avant tout dans la tête. Que dis-je ? Il est évident que cela commence d’abord là-haut. Car une passion dévorante, peut nous consumer même lorsque l’on décide de ne pas y céder. Cela dit, être un(e) véritable passionné(e) et connaisseur(euse) ne garantit en rien le talent. Et le talent à lui seul ne certifie pas la qualité de son propre jeu une fois sur le terrain et face à des adversaires tout aussi armée que soi. Il y a une différence notable de charge de travail et émotionnelle à chaque match. Ils sont tous uniques [les matchs], mais chacun d’entre eux sert à approvisionner la légende personnelle de chaque joueur. De plus, ce n’est pas chose évidente de jouer avec des milliers de juges qui scrutent chaque passe, chaque tire et chaque accélération. On ne peut pas tricher ni mentir sur ses performances dans des conditions pareilles. Les preuves sont là, sous les yeux des spectateurs et qui plus est, elles sont enregistrées et très probablement diffusées en direct sur une chaîne de télévision nationale.

D’un match à l’autre, tout peut basculer. Les fans qui scandaient votre nom avec ferveur et amour et vous érigeaient au rang de Dieu la semaine dernière, peuvent être ceux qui vous insultent et vous moquent aujourd’hui. Durant ces moments-là, une question fatidique fait son irruption « Qui suis-je ?Qui suis-je réellement quand je ne joue pas comme ils le veulent ? Qui suis-je sans mes fameux crampons ?« . Devenir joueur de football (professionnel) c’est consentir silencieusement et consciencieusement à être à la fois la marionnette, le modèle, la mascotte et la risée de toute une nation. Même les plus grands joueurs sont déjà passés par là et y passent encore parfois.


Pour conclure, bien que les aptitudes physiques des joueurs soient ce qui est le plus plébiscité et admiré chez eux, me concernant ce que j’admire avant tout, c’est leur mental d’acier et leur pugnacité. Chaque travail possède son lot d’inconvénients et d’avantages, c’est donc la même chose pour les carrières sportives de haut niveau. Que l’on soit capitaine ou non, chaque individu de l’équipe est primordial pour remporter un match et chaque joueur à sa propre histoire à écrire.


SOURCES / INSPIRATIONS

Temps Présent : Footballeurs Africains, réussir ou mourir • YARD :  » LE JARDIN « , un documentaire Ballon sur Bitume sur la formation du PSG • beIN SPORT FRANCE : Silence, je tombe… Documentaire exclusif sur la dépression dans le football • Netflix (série) : Capitaines

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s