CRITIQUE DE FILM – THE BATMAN (2022)

Je vais commencer cette critique en vous faisant une confession. Si mes souvenirs sont bons, il me semble que je n’ai jamais regardé un seul film Batman avant celui-ci. Est-ce que cela veut (insidieusement) dire que Robert Pattinson est le seul acteur ayant joué le rôle du justicier de Gotham city, qui en vaille la peine selon moi ? Absolument pas ! Mais comme je le disais à une amie en sortant de la séance « Les super-héros, ce n’est pas trop mon truc ». Et Batman, ne fait pas exception. Disons plutôt, que j’ai pris le temps d’aller voir ce Batman ci, parce que quelque chose me disait que j’allais passer un bon moment. Je ne l’attendais pas spécialement, mais j’étais curieuse. J’ai brièvement vu la bande-annonce passer ici et là, mais j’avoue ne pas m’y être attardé. Le casting, a suffi à me donner l’eau à la bouche. Robert Pattinson, Zoë Kravitz, Collin Farrell…. COLLIN FARREL ????! Attendez une minute, c’est Collin Farrell qui joue le rôle du penguin dans the Batman ? Chapeau bas à l’équipe du maquillage, parce que je ne l’avais absolument pas reconnu.

Qu’importe ! Cette critique sera assez courte, car le film est si bon que trop de blabla ne ferait que noyer ses qualités. Vous l’aurez compris, j’ai énormément apprécié ma séance ! Robert Pattinson est un acteur que j’apprécie beaucoup depuis Twiligth (j’assume à 98%). Je le trouve très talentueux et ses performances dans les quelques films dans lesquels je l’ai vu jouer, sont remarquables. Il est détestable, mais ô combien magistral dans Le Diable tout le temps, film du réalisateur Antonio Campos. Je trouve qu’il fait preuve d’une constante justesse, et j’ignore si je suis légitime pour donner un avis sur ce dernier interprète de Batman ; Cela dit, je suis ravie qu’il ait obtenu ce rôle principal.

En tant qu’acteur, je pense qu’il s’agit-là d’une opportunité et d’un tremplin colossal, qu’il a su honoré avec brio ! Je connais tout de même un peu l’histoire du justicier masqué, même si je ne suis pas une grande fan.

Sachez que je ne suis pas comme tous les autres critiques. Je ne retiens que très rarement le nom des réalisateurs et je ne comprends que très brièvement l’engouement et la portée de certaines œuvres. Moi, j’analyse de film en lui-même. Je l’admire pour ce qu’il est et ce qu’il propose à l’instant T. Je ne peux sciemment pas comparer Robert à Christian (Bale), bien que la comparaison serait légitime. ________________________________________________________________ ________ ________________ Je trouve que ce n’est que plus appréciable quand des personnages emblématiques, sont incarnés par différent.e.s acteurs.trices. Au début je trouvais ça un peu décontenançant et illogique, surtout quand les acteurs qui ont joué ces fameux rôles sont toujours vivants. Néanmoins, avec le temps et après avoir vu Joker en 2019, et maintenant The Batman (2022), je réalise la (quasi) « nécessité » d’administrer aux spectateurs un vent nouveau et une performance nouvelle par le biais d’un autre interprète. Cela permet également de dépoussiérer (don’t hate me please) des Comics et des DC qui ne vont pas en rajeunissant. Bien sûr, quand un acteur est excellent il est tout à fait capable à lui seul de nous faire ressentir diverses émotions et d’endosser un tel rôle ; Donc pourquoi aurait-il besoin d’une « doublure » ? Si je peux dire comme ça. En premier lieu pour attirer un autre public. Ensuite, pour que quelque chose de différent transparaisse à l’écran. Un acteur, c’est un peu comme un réalisateur. Qu’importe que l’histoire sur laquelle il travaille soit déjà populaire ou pas, qu’elle ait déjà été interprété des dizaines de fois ou non, c’est lui qui contribue à l’essence du film. Et dans certains cas, quand le long-métrage à des retentissements colossaux, le film à son tour contribue à l’essence de l’acteur.

J’ai très certainement perdu des lecteurs à la seule évocation de ma non-culture Batmannesque, mais je dois dire que ce film m’a donné envie de visionner les précédents. Si mon avis sur ceux-là vous intéresse, n’hésitez pas à me le demander sur mes réseaux sociaux.


LES POINTS FORTS

LES PERFORMANCES

Tous les acteurs, sans aucune exception ont donné une performance mémorable ! Zoë en Catwoman ? Elle est sublime, féline, habile et touchante. Paul Dano ! Après recherche, j’ai trouvé dans quel film je l’avais déjà vu… Prisoners (film super). Et wow wow ! Un vilain hyper intelligent, crédible, avec une vraie histoire et des ressemblances (voulues?) plus qu’appréciable avec mon justicier sanguinaire préféré : Jigsaw.

Note : 5 sur 5.
LA PHOTOGRAPHIE

Les visuels sont tellement beaux et bien que les couchers de soleil à Gotham soient sublimes, ils n’illuminent pratiquement jamais les visages et l’écran des caméramen. Et ce n’est pas pour me déplaire ! Les scènes de combat, les jeux d’ombre, les expositions, etc… Tout rend si bien. On ressent, mais on voit également l’univers de Gotham City. Toutefois, je n’aurai pas dit non à un peu plus de lumière lors des combats dans la boîte de nuit.

Note : 4 sur 5.
L’INTRIGUE/L’ACTION

Jusqu’à la fin, je me suis délecté. Même le voile une fois levé, le film a continué durant encore une bonne vingtaine de minutes. Je sais que certains l’ont trouvé long et effectivement, 3 heures c’est très long pour un film, mais pour ma part chaque seconde était divertissante. Utile ? Peut-être pas, mais pas du tout inapproprié. Le film aurait pu durer une heure de plus (j’exagère à peine), que ça ne m’aurait pas dérangé.

Note : 5 sur 5.

Vous vous souvenez quand j’ai dit que ma critique sera courte ? Eh bien, j’ai menti. Plus je rédige, plus je réalise que j’ai des choses à dire. Et pour le coup, je vais m’attarder sur une dernière chose, une phrase, une séquence du film qui pour moi est lourde de sens.

⚠️ Spoiler alerte ⚠️

La scène se passe lorsque les acolytes de The Riddler (le méchant) ont été appréhendés. Sur l’espèce d’estrade, l’un d’eux lorsque le commissaire Gordon lui retire son masque et lui demande  » Qui êtes vous ? « , il lui répond  » Je suis vengeance « . À ce moment, Bruce Wayne, aka Batman aka Vengeance le regarde d’un air dégoûté et révolté. Je pense d’ailleurs que c’est l’un des seuls moments où une réplique a réussi à toucher toutes ses (3) identités en même temps.

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans cette séquence, c’est cette rencontre entre la « mauvaise vengeance » et la « bonne vengeance ». Deux hommes, ayant probablement des cicatrices similaires causées par la vie, tous deux animé par la même idée, mais ne l’exécutant pas de la même façon. C’était quelque chose. C’est pourquoi le discours de fin de The Riddler laissait entendre que Batman et lui marchaient main dans la main. Ce n’était pas le cas, mais ils brûlent tous les deux de la même flamme.

En conclusion, the Batman c’est carrément un film que je vous recommande ! Prenez le temps de faire un petit tour aux toilettes avant votre séance et profitez ! Vous ne serez pas déçu. C’est promis. 🦇

Note : 5 sur 5.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s